Grâce à la mobilisation du mouvement associatif, le gouvernement est revenu sur la possibilité d’implanter des panneaux publicitaires scellés au sol de très grand format dans nombre de petites communes rurales

Grâce à la mobilisation du mouvement associatif, le gouvernement est revenu sur la possibilité d’implanter des panneaux publicitaires scellés au sol de très grand format dans nombre de petites communes rurales.

Contexte : contre toute logique, le projet de Loi de relance de l’économie a introduit grâce à un cavalier législatif un nouveau coup de canif au code de l’environnement.

En fait, il s’agissait de permettre à certaines collectivités qui s’étaient lourdement endettées en construisant des pharaoniques stades en vue de l’Euro 2016 de foot de recourir à de nouveaux dispositifs publicitaires.

L’intérieur de ces stades sont déjà abondamment garnis de publicité, mais cela n’est pas suffisant, il est donc envisagé de garnir l’extérieur et les abords de ces stades de dispositifs hors norme.

C’est donc dans la plus grande opacité qu’un projet de décret a été rédigé durant l’été 2015.

Ce projet a été présenté aux associations lors d’une réunion au ministère le 3 septembre 2015.

Stupeur en examinant ce texte, car au-delà du cas des seuls stades, plusieurs mesures hors sujet y ont été ajoutées qui risquaient entre autres d’aggraver la situation calamiteuse de nos entrées de villes. De plus, au cours de cette réunion (Agir Pour Les Paysages y était), il est apparu clairement que ce projet de décret avait été rédigé sous l’aimable pression des afficheurs…

Comme d’habitude, les remarques et préconisations des différentes associations ont été superbement ignorées.

Restait alors l’enquête publique à venir. Nous avons alors interpellé tous nos réseaux, multiplié les démarches pour participer et argumenter dans le cadre de la consultation publique. Parallèlement, certains parlementaires rencontrés ont écrit à la ministre de l’écologie pour lui demander de ne pas signer ce décret en l’état.

Cette mobilisation médiatique a porté ses fruits puisque la ministre a fini de déclarer publiquement qu’elle ne signerait pas un des articles controversé.

Reste le cas des abords des stades où à ce jour, la situation n’est toujours pas satisfaisante.

Les commentaires sont fermés.